Diagnostic de l'apnée du sommeil

L'apnée du sommeil est diagnostiquée par une étude du sommeil ou par un examen de polysomnographie.

Trois moyens simples pour vous aider à repérer l'apnée du sommeil:

  1. Une façon de détecter l'apnée du sommeil est de demander à votre partenaire ou à un membre de votre famille si vous ronflez bruyamment ou s'ils ont remarqué que vous interrompez votre respiration pendant votre sommeil. Ce sont généralement eux qui le remarquent en premier(1,2).

  2. Une autre solution consiste à répondre au questionnaire de Berlin, un test simple qui vous indique si vous êtes à risque. 

  3. Vous pouvez également vous enregistrer en train de dormir. Après avoir dormi, réécoutez-le pour vérifier votre respiration.

Si vous pensez être atteint d'apnée du sommeil, prenez rendez-vous avec votre médecin. N'oubliez pas d'apporter avec vous le questionnaire "Suis-je à risque" (Berlin) et/ou l'enregistrement du sommeil.

Toutefois, le diagnostic de l'apnée du sommeil ne peut être établi que par des professionnels de la santé, soit par une étude du sommeil, dans une clinique du sommeil, soit à domicile à l'aide d'un équipement spécial.

 

doctor

Visite chez le médecin

Lorsque vous consultez votre médecin, il évaluera vos symptômes et procédera à un examen physique pour déterminer si vous devez être adressé à un spécialiste du sommeil. 

Si vous consultez un spécialiste du sommeil, il vous interrogera sur vos symptômes et vos antécédents médicaux. Vous devrez probablement remplir un formulaire - généralement l'échelle de somnolence d'Epworth (1) - pour indiquer dans quelle mesure vous vous sentez somnolent lorsque vous êtes éveillé.

Il pourra également mesurer votre poids et votre tour de cou et effectuer des tests respiratoires. Si vous présentez des symptômes d'apnée obstructive du sommeil (SAOS), le spécialiste vous prescrira une étude du sommeil pour confirmer le diagnostic.

Étude de votre sommeil

L'étude du sommeil effectuée pendant la nuit dans une clinique du sommeil est le moyen le plus complet de tester votre sommeil et de confirmer un diagnostic de l’apnée du sommeil. Pendant l'étude, votre sommeil est surveillé et les données qui en découlent sont évaluées par un spécialiste du sommeil.

Que se passe-t-il pendant une étude du sommeil ?

Le type d'étude du sommeil le plus courant est la polysomnographie. Il s'agit d'une méthode spécialisée permettant de surveiller ce qui se passe dans votre corps lorsque vous dormez. L'étude du sommeil est généralement réalisée pendant la nuit dans un laboratoire du sommeil et surveillée par un technicien du sommeil. Avant de vous endormir, de minuscules capteurs sont appliqués sur la peau de votre cuir chevelu, de votre visage, de votre poitrine, de vos doigts et de vos jambes. Du matériel et des logiciels numériques sont utilisés pour mesurer vos ondes cérébrales, vos mouvements oculaires, votre activité musculaire, votre respiration, vos ronflements, votre taux d'oxygène, votre rythme cardiaque, la position de votre corps et vos mouvements pendant votre sommeil. Les capteurs utilisés pour réaliser votre étude du sommeil sont non invasifs et ne font pas mal.

Les études du sommeil permettent d'examiner de nombreuses perturbations médicales complexes qui se produisent pendant le sommeil. Nombre de ces troubles médicaux peuvent entraîner une perturbation du sommeil, une fatigue diurne, des problèmes de mémoire ou de concentration, ainsi qu'un risque sérieux pour votre santé.
Les informations suivantes sont étudiées(4,5)
  • 1

    Activité cérébrale (électroencéphalographie)

  • 2

    Tonus musculaire (électromyographie)

  • 3

    Tonus oculaire (oculographie)

  • 4

    Mouvements de la poitrine et de l'abdomen

  • 5

    Débit d'air dans la bouche et le nez

  • 6

    Fréquence cardiaque et taux d'oxygène dans le sang (oxymétrie de pouls)

  • 7

    Un équipement d'enregistrement sonore et vidéo peut également être utilisé.

Chez les personnes souffrant d'apnée du sommeil, ces enregistrements de polysomnographie mettent en évidence des épisodes répétitifs de pauses respiratoires malgré les efforts pour respirer. Ce type d'étude est considéré comme le "gold standard" pour le diagnostic de l'apnée du sommeil.

Autres tests pour l'apnée du sommeil 

Ce test surveille un plus petit nombre de signes physiologiques que la polysomnographie et se concentre généralement sur la respiration et les niveaux d'oxygène dans le sang. Il est généralement effectué à domicile sans l'aide d'un technicien du sommeil, mais il est parfois réalisé dans un laboratoire du sommeil. De plus en plus, les personnes qui présentent une forte probabilité d'apnée obstructive du sommeil et peu d'autres conditions médicales sont testées de cette manière. Ce test est également utilisé pour le suivi des personnes souffrant de SAOS afin de vérifier l'efficacité de leur traitement.

Il s'agit d'une méthode d'enregistrement des seuls niveaux d'oxygène dans le sang. Elle ne remplace ni la polysomnographie ni la polygraphie, car un faible taux d'oxygène dans le sang peut être causé par des troubles autres que le SAOS. En outre, certaines personnes atteintes de SAOS présentent une faible réduction du taux d'oxygène dans le sang.

doctor with patient

Une fois les tests terminés, le médecin de la clinique du sommeil vous dira si vous souffrez ou non de SAOS (apnée obstructive du sommeil), dans quelle mesure il interrompt votre sommeil et a un impact sur votre santé, et vous recommandera ensuite le traitement approprié.(2)

Si vous pensez souffrir d'apnée du sommeil, demandez un diagnostic - il est toujours préférable de savoir ! Si vous souffrez d'apnée du sommeil, vous pouvez obtenir un traitement qui réduira les complications de santé. Et si vous n'en souffrez pas, vous aurez quand même progressé dans la recherche de la cause de votre trouble du sommeil. 

Comment comprendre les résultats d'une étude du sommeil ?

Après avoir passé une étude du sommeil et reçu les résultats, vous serez peut-être curieux de comprendre ce qu'elle révèle sur la santé de votre sommeil. Cependant, les termes techniques et le langage médical peuvent être déroutants si vous ne savez pas ce qu'ils signifient.

Voici un guide utile pour vous aider à comprendre les résultats de votre étude du sommeil.

Prenez toujours rendez-vous pour examiner les résultats avec votre médecin, qui pourra alors vous conseiller sur le meilleur traitement à suivre.

L'IAH est l'indice d'apnée/hypopnée. Il s'agit de la mesure la plus fiable pour déterminer si vous souffrez d'apnée du sommeil. L'IAH compte le nombre moyen de perturbations respiratoires - les apnées ou les hypopnées - que vous avez chaque heure. On parle d'apnée lorsque vous arrêtez de respirer pendant 10 secondes ou plus. Une hypopnée est une perte partielle de la respiration pendant 10 secondes ou plus et est aussi grave qu'une apnée.

L'indice mesure la gravité de l'apnée du sommeil : moins de 5 événements par heure (ou un IAH inférieur à 5) est considéré comme un sommeil normal, tandis qu'un IAH supérieur à 30 indique que vous souffrez d'un syndrome d'apnée du sommeil grave. Votre chiffre indique où vous vous situez sur l'échelle de gravité.

Les troubles graves du sommeil ne sont pas toujours déterminés uniquement par l'apnée et l’hypopnée, d'autres éléments peuvent également être trouvés comme causes lors de l'examen.

Par exemple, les RERA(6) (éveils liés à l'effort respiratoire) sont des événements qui affectent la respiration et la qualité du sommeil de manière différente des apnées et des hypopnées. L'étude du sommeil doit également détecter les éveils ou les mouvements excessifs des jambes(4). Tous ces événements doivent être pris en compte lors de l'évaluation pour le diagnostic et le traitement qui s'ensuit.

Chaque cycle de sommeil comprend quatre stades de sommeil - N1, N2, N3 et REM (Rapid Eye Movement) - et nous passons par chaque cycle plusieurs fois au cours d'une nuit normale.(8)

L'apnée du sommeil peut provoquer des réveils qui vous empêchent d'atteindre l'état de sommeil le plus profond, de sorte que vous vous réveillez fatigué et avez toujours envie de vous assoupir dans la journée.(4)

Les spécialistes du sommeil seront en mesure de détecter lequel de vos stades de sommeil est perturbé en analysant les données fournies par les moniteurs cérébraux.

La position de votre corps peut également avoir un effet sur l'apnée du sommeil.  

L'étude montrera combien de temps vous dormez sur le ventre (couché), sur le dos et sur chaque côté.(3)

Lorsque votre respiration s'interrompt pendant le sommeil, cela signifie que vous ne recevez pas tout l'oxygène dont vous avez besoin dans votre sang. Le pourcentage de la capacité en oxygène de votre corps qui est inhalé est mesuré par votre saturation en oxygène (SaO2).(7)

Si la saturation tombe en dessous de 90 %, votre corps et votre cerveau sont privés d'oxygène. Cela peut entraîner des lésions cérébrales et de graves problèmes cardiovasculaires. Si l'on vous prescrit un appareil CPAP (Continous Positive Airway Pressure), celui-ci vous donnera le débit d'air dont vous avez besoin pour respirer normalement et passer une bonne nuit de sommeil.(7)

Sources

  1. Obstructive Sleep Apnoea, British Lung Foundation, 2014
  2. Obstructive Sleep Apnoea- information prescription, www.nhs.uk
  3. The Impact of Body Posture and Sleep Stages on Sleep Apnea Severity in Adults Nathaniel A. Eiseman, B.S.,1 M. Brandon Westover, M.D., Ph.D.,1 Jeffrey M. Ellenbogen, M.D., F.A.A.S.M.,1,2 and Matt T. Bianchi, M.D., Ph.D.1,2 
  4. https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/polysomnography/about/pac-2….
  5. https://medlineplus.gov/ency/article/003932.htm
  6. https://stanfordhealthcare.org/medical-conditions/sleep/obstructive-sle…
  7. Treatment of hypoxemia in obstructive sleep apnea R Landsberg 1, M Friedman, J Ascher-Landsberg
  8. Physiology, Sleep Stages Patel AK, Reddy V, Araujo JF.